Passage à l'heure d'hiver : soyez plus vigilant !

Chaque année, les jours suivant le changement d’heure enregistrent un pic d’accidentalité de + 40% pour les piétons en fin de journée.

Le recul d’1 heure a une conséquente importante sur les heures d’éclairement : la nuit tombe plus tôt dans la journée, au moment de la sortie des classes ou des trajets de fin de journée professionnels. Selon l’Observatoire national interministériel de Sécurité routière, ce surplus d’accidents serait une conséquence du temps d’éclairage réduit, les piétons étant difficilement perçus par les autres usagers, alors qu’ils ont l’impression d’être vus. Pour ces usagers déjà vulnérables, il est essentiel d’être visible.

Cet effet ne s’élimine pas dans les jours qui suivent immédiatement le changement d’heure. Il se prolonge après et se dissipe progressivement au cours de la période hivernale.

Automobilistes, méfiez-vous des « trous noirs ». Le soir, les automobilistes doivent se méfier des « trous noirs », ces passages d’une zone éclairée à un espace plus sombre d’où un piéton peut surgir. Adaptez toujours votre vitesse, circulez les vitres sèches et désembuées, car les reflets masquent la présence d’un piéton et écartez-vous des trottoirs par précaution.

Scolaires, jeunes, mettez votre gilet jaune. Aux abords et aux centres des villes, aux alentours des établissements scolaires, l’éclairage des véhicules et des lampadaires ne suffit pas toujours à bien voir les piétons qui traversent. À pied, mettez votre gilet jaune sur vous et conservez-le sur tout le trajet.

Cyclistes, adoptez le gilet en toutes circonstances. Le gilet de sécurité rétro-réfléchissant est fortement recommandé en toutes circonstances. Il est obligatoire la nuit, si vous circulez hors agglomération, et le jour, lorsque la visibilité est faible. Veillez à votre éclairage de manière à être toujours vus, y compris à double sens.