L'Assainissement

L'assainissement est une démarche qui permet une amélioration de la situation sanitaire de la commune et de l’environnement en procédant à l’évacuation des eaux usées. Ces dernières, nocives pour la nature, peuvent être évacuées selon deux méthodes :

  • Soit par un réseau d’assainissement, c’est-à-dire un assainissement collectif raccordé à une station centrale de traitement,

  • Soit par une installation individuelle d’assainissement (une fosse septique ou micro-station), qui est alors gérée par le Service Public d’Assainissement Non Collectif (SPANC).

Si ces procédures ne sont pas respectées, il existe un risque de pollution de l’environnement, donc une non-conformité aux règles d’assainissement avec obligation de mise aux normes. Pour en savoir plus sur les démarches à adopter : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F447


Vos démarches

Documents en téléchargement

Demande de raccordement au réseau d'assainissement
Demande de contrôle assainissement dans le cadre d'une vente


Coûts des démarches

Dans le cadre d’une demande de raccordement au réseau d’assainissement collectif, la participation sollicitée s’élèvera à 23,15€/m² de surface plancher (tarif 2018).

Dans le cas d’un contrôle de conformité de l’assainissement pour une vente d’un bien immobilier, ce service vous sera facturé 75,92€ hors taxes (TVA 20%; TTC 91,10€ - tarif 2018).


Le SIVU de Gorges-Clisson

Le S.I.V.U de Gorges–Clisson est situé à « La Roche » à Gorges.

Le traitement de nos eaux usées fait l'objet d'une politique depuis de nombreuses années. De plus en plus conscients de la nécessité de préserver la nature, l'eau et l'environnement, pour la santé de tous et un développement durable, les citoyens et leurs élus soutiennent unanimement ce choix. À Gorges et à Clisson, nous avons engagé cette démarche, en pensant avant tout à l'objectif commun : un meilleur service au meilleur coût, pour chaque collectivité, dans un environnement préservé.

Le débit de l'eau arrivant à la station est régulé grâce à un bassin d'orage couvert, enterré, désodorisé et complètement invisible. Le traitement s'enchaîne ensuite autour des étapes suivantes :

Les prépazurs :

Constitués de tambours filtrants et vis compacteurs, ils arment toutes les étapes traditionnelles du pré-traitement. Ainsi, la rétention puis l'ensachage des déchets sont réalisés efficacement, sans nuisances olfactives et dans des conditions d'hygiène parfaites.

Le traitement biologique :

Pour éliminer la pollution soluble, les conditions de croissance des bactéries qui épurent sont optimisées : le bassin d'aération, aéré cycliquement par de fines bulles, permet l'élimination de la pollution carbonée et azotée. Le phosphore est traité par injection de sel de fer.

Le clarificateur

C'est la dernière étape du traitement, on y sépare les bactéries agglomérées sous forme de boue de l'eau claire. Les boues décantent dans le fond de l'ouvrage d'où elles sont pompées pour réensemencer le traitement biologique. La fraction excédentaire est envoyée vers le traitement des boues.

Les boues

Il faut réduire la qualité des boues à évacuer, l'assainir, et améliorer sa valeur agronomique. Pour cela, elles sont déshydratées par centrifugation, mélangées à la chaux vive, puis stockées dans un silo avant d'être valorisées en épandage agricole.

Un environnement sensible…

Afin d'éviter toute nuisance, l'ensemble des sources d'odeurs est confiné dans les locaux spécifiques et capté par un réseau de gaines et de ventilateurs. Avant rejet dans l'atmosphère, l'air ainsi extrait est lavé par pulvérisation d'acide, d'eau de javel et de soude dans deux tours de lavage.


Dossier de demande d'autorisation environnementale : extension de la station d'épuration de la Batardière